Technologie médicale

La peau artificielle sensible à la douleur réagit à la pression et à la température

La peau artificielle sensible à la douleur réagit à la pression et à la température

Université RMIT

On n'y pense pas beaucoup, mais dans la hiérarchie des sens, le sens du toucher tient une place vitale. Les impulsions quasi instantanées du système nerveux périphérique garantissent que nous ne sommes pas en danger, et même nous empêchent de nous faire du mal.

Ainsi, dans le but de rendre la vie plus facile pour les personnes souffrant de troubles sensoriels, une équipe de chercheurs du Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT) a développé une peau électronique artificielle qui réagit à la douleur comme la vraie affaire. Cela ouvre la voie à des applications robotiques plus intelligentes, à des alternatives non invasives aux greffes cutanées et, surtout, à de meilleures prothèses.

L'invention imite les impulsions sensorielles rapides à l'éclairage envoyées au cerveau via les voies nerveuses.

Le chercheur principal de l'étude Madhu Bhaskaran dit qu'aucune technologie électronique n'a été capable d'imiter de manière réaliste la sensation de douleur, qui ne se déclenche qu'après qu'un stimulus ait atteint un certain seuil, que ce soit quelque chose de pointu, de froid ou de chaud.

Comment fait-il exactement ces choses?

L'équipe a utilisé une électronique extensible qui détecte et réagit à la pression et à la température.

Leur dernier prototype fonctionnel combine trois technologies mises au point et brevetées par la même équipe. Le premier est électronique extensible. Ils ont combiné des matériaux d'oxyde avec du silicium biocompatible qui peut être transformé en un film mince qui est pliable et incassable. Le second est cerveau imitant les cellules de mémoire qui imitent la façon dont le cerveau utilise la mémoire à long terme pour retenir et se souvenir des informations. Et le troisième est un revêtement réactif à la température. Ceux-ci se transforment en forme en réponse aux changements de température, ils sont également mille fois plus fins qu'un cheveu humain moyen.

doctorat MD Ataur Rahman explique à TechXplore, "Nous avons essentiellement créé les premiers somatosensors électroniques (soma sens corps en grec) reproduisant les caractéristiques clés du système complexe de neurones, de voies neuronales et de récepteurs du corps qui déterminent notre perception des stimuli sensoriels, "

Il continue de noter que la technologie précédente qui envoyait des signaux électriques pour imiter différents niveaux de douleur, mais uniquement au sens mécanique. Cet appareil intègre également la douleur résultant de la température dans l'équation. Comme le dit Rahman, cela signifie "[que] notre peau artificielle connaît la différence entre toucher doucement une épingle avec votre doigt ou vous poignarder accidentellement avec elle - une distinction critique qui n'a jamais été réalisée auparavant par voie électronique."


Voir la vidéo: La création dune peau artificielle qui réagit à la douleur, lhumanisation des robots? (Septembre 2021).